Arcocryo

06.20.25.16.33
contact@arcocryo.fr

ACHETER
de la glace carbonique

Principe du décapage thermique par pyrogazéification

Le principe de la pyrolyse et de la gazéification est connu et mis en œuvre depuis des siècles. La production de charbon de bois par pyrolyse au XIXe siècle, production de « gaz à l’eau » par gazéification au début du XXe siècle pour l’éclairage urbain, gazogènes équipant les moteurs de véhicules pendant la Seconde Guerre mondiale etc…

Description du traitement thermique par pyrogazéification du brai de houille et des primaires.

L’opération est réalisée à basse température : 380 à 420° et à un très faible taux d’oxygène : entre 8 et 11 %. Cela évite l’oxydation et la combustion. L’opération ne produit donc pas de flamme évitant ainsi la production de goudron et de fumée.

La pyrolyse est la décomposition des composés organiques des polluants comme les peintures, vernis, colles, caoutchouc, graisse, brai de houille, etc… Elle se produit par la chaleur pour obtenir d’autres produits (gaz et matière). La pyrolyse du brai de  houille produit comme matière solide du coke.

La pyrolyse est une transformation thermique de la matière par déshydratation et par décomposition chimique des molécules. (Le charbon de bois est produit par pyrolyse depuis l’antiquité)

La pyrogazéification en détail :

  1. Le séchage permet d’éliminer l’humidité présente dans le composé organique. Cette phase dite endothermique se déroule dans une plage de températures comprises entre 100 et 160° C.
  2. La pyrolyse transforme le combustible en carbone appelé coke ou charbon. Cette phase débute à partir de 300° C et produit :
    • Des gaz de vapeurs non condensables qui sont le monoxyde de carbone CO, le dioxyde de carbone CO2, le méthane CH4, l’hydrogène H2.
    • Des gaz de vapeurs condensables, par exemple l’eau H2O et les Goudrons.

 

Le cracking en détail :

  1. Le mélange gazeux résiduel est craqué à la flamme vive entre 850 et 1200° dans une chambre de post-combustion. Cette opération de craquage réduit les molécules chimiques des résidus gazeux. Il ne reste plus qu’un résidu cendré.
  2. Les fumées en sortie de chambre de postcombustion sont traitées (neutralisation, dépoussiérage et filtration) par des dispositifs conventionnels (système d’épuration des fumées par voie sèche). Ce type de dispositif permet de satisfaire à l’ensemble des normes d’émissions en chlore, souffre et métaux lourds.

Postcombution